Publié : 9 octobre 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les cinq sens


Des ateliers sur les cinq sens :
des idées parmi tant d’autres
Cycle II



1. Rappel des programmes :


- Distinguer les capacités spécifiques à chaque sens.
- Identifier le rôle des organes du corps humain, en particulier des organes des sens.
- Identifier les saveurs et les odeurs, y compris dans l’alimentation.


Ces ateliers proposés sont un point de départ. On attachera de l’importance à l’utilisation du cahier d’expériences par les élèves qui devront y noter leurs remarques et aux moments d’expression collective. Il est essentiel que chaque élève utilise ses sens sans se faire influencer par les autres. On laissera également la possibilité aux élèves de proposer eux-mêmes des ateliers.


2. Un objectif : acquérir du vocabulaire :


L’un des objectifs majeurs d’activités sur les sens est l’acquisition du vocabulaire permettant d’exprimer ce que l’on ressent. L’enseignant élaborera donc ses séquences en fonction du vocabulaire qu’il aura choisi tout en restant ouvert aux apports éventuels des élèves.


Un exemple : le vocabulaire du goût et des sensations buccales :

  • astringent : l’artichaut cru (qui dessèche la langue)
  • amer : les endives, la confiture d’orange, le chocolat noir
  • acide : le citron, le vinaigre
  • fade : la farine (sans sucre, ni sel)
  • brûlant : le piment, les épices
  • moelleux : la brioche (consistance molle ou élastique)
  • onctueux : la crème fraîche
  • pétillant : la limonade, l’eau gazeuse
  • piquant : la moutarde, les radis, le poivre (ce n’est pas brûlant)
  • fruité : (qui rappelle le goût d’un fruit)
  • gluant : le blanc d’œuf (collant)
  • granuleux : les macarons, la pâte sablée
  • lisse : la peau des pommes
  • rugueux : la croûte du pain
  • visqueux : le miel, le sirop (qui coule lentement)


On voit déjà là une première difficulté puisque, lorsqu’on aborde le goût, on évoque l’aspect (brillant, granuleux…), l’odeur (brûlé, moisi, amande, fruits…), la texture (sirupeux, gélatineux, fibreux…) et la flaveur (les sensations olfacto-gustatives).


De même, l’enseignant ne pourra faire l’impasse sur l’utilisation des multiples expressions utilisant le vocabulaire des sens ou des organes des sens ; depuis " je ne l’ai pas senti arriver " jusqu’à " cette histoire n’est pas de bon goût " en passant par " mon œil ! ".


 


3. Mise en place d’ateliers d’ expérimentation faisant appel à chacun des 5 sens :


- La vue :
. Observer " l’infiniment petit " :
Atelier 1 : avec un compte-fils, on peut observer une image imprimée dans une revue ou par une imprimante d’ordinateur afin de s’apercevoir que la couleur est " exprimée " par une multitude de petits points qui se " mélangent " dans l’œil.
Atelier 2 : avec une loupe, on peut observer sa peau, un insecte capturé momentanément dans une boîte transparente (araignée, fourmi…)
Atelier 3 : avec un microscope, on peut observer un pou, un cheveu, des cristaux de sel, une feuille d’arbre.
. Observer " l’infiniment loin " :
Atelier 4 : avec des jumelles ou mieux, un télescope, on peut observer une maison ou un arbre à l’horizon.
. Observer l’inattendu :
Atelier 5 : avec un livre du CDI, on peut travailler sur les illusions d’optique.
Atelier 6 : avec un bac rempli d’eau, on peut observer la " cassure " d’une règle.


- L’ouïe :
. Ecouter le monde qui nous entoure :
Atelier 1
 : fermer les yeux et écouter les bruits dans et hors de l’école, les reconnaître, les nommer. Demander si on entend une tondeuse, un camion, un oiseau…
Atelier 2 : utiliser des enregistrements d’ambiance. Y retrouver des sons connus. Les nommer. De nombreuses productions commerciales sont disponibles à ce sujet.
Atelier 3  : utiliser un " loto des sons ". On y associe le " bruit " d’un objet et son image.
Atelier 4 : utiliser des chants d’oiseaux (matériel commercial facilement disponible) 3 par 3 puis faire réentendre un des 3 chants. Demander lequel a-t-on à nouveau entendu ?
Atelier 5 : utiliser une flûte. Dessiner au tableau quelques schémas portant sur 3 notes (ex si-la-sol, sol-si-la, la-si-sol). Les expliciter et les faire entendre aux élèves. Puis jouer les notes. Les élèves devront reconnaître quel schéma représente les notes jouées.


 


- Le toucher :
La difficulté sera d’isoler le toucher de la vue. On utilisera donc des objets ou des matières cachés dans des sacs.
. Toucher des " matières " :
Atelier 1
 : Dans un ou plusieurs sacs, mettre du papier de verre, de la corde, des tissus, du bois lisse, rugueux, de l’emballage-bulles…
. Toucher des objets :
Atelier 2
 : Dans un ou plusieurs sacs, mettre des objets connus ou non par les élèves : des jouets, une petit cuiller, un stylo, une gomme, une peluche…
Atelier 3 : Retrouver par le toucher dans deux sacs deux objets semblables.


- Le goût :
Le problème est que les enfants relient très fréquemment le goût et la vue (couleur de l’aliment). Il faut donc les amener à goûter un aliment caché ou de couleur neutre. L’utilisation d’eau ou de yaourt nature non sucré permet de créer des ateliers intéressants. Attention, entre chaque test, il conviendra de se rincer la bouche à l’eau pure.
Atelier 1 : Dans des pots masqués, on fera reconnaître du jus d’orange, du lait, de l’eau, du jus de citron…
Atelier 2 : Dans des gobelets, on fera reconnaître de l’eau sucrée, salée, amère et acide (citron).
Atelier 3 : Trois verres d’eau peu sucrée, sucrée et très sucrée devront être différenciés.
Atelier 4 : Des yaourts sans colorants mais avec divers parfums seront colorés par des colorants alimentaires " trompeurs "… de la banane rose, de la fraise jaune…
Atelier 5 : On fera reconnaître de la farine, du sucre glace, de la maïzena…
Atelier 6 : On fera reconnaître trois gâteaux, sucré, salé, ni sucré ni salé.
Atelier 7 : On fera goûter de l’eau sucré puis de l’eau acide (citron) puis on mélangera les deux verres et on comparera.
Atelier 8 : On fera goûter des eaux de marques différentes pour faire remarquer que l’eau peut avoir aussi un goût.


- L’odorat :
Là encore, il faudra isoler le sens de l’odorat en mettant les " objets " à sentir dans des boîtes opaques munies seulement d’une fente.
Atelier 1  : Faire reconnaître des odeurs de vinaigre, fromage, fraise Tagada, banane, eau de lavande, café moulu, épices.
Atelier 2 : même travail mais en donnant les noms cette fois-ci.
Atelier 3 : Faire reconnaître où se trouvent deux odeurs semblables parmi un choix.
Atelier 4 : Utiliser un jeu de type " loto des odeurs ".
Atelier 5 : Utiliser les boîtes d’ " odeurs des vins " qui présentent des odeurs souvent inhabituelles (fumée, vieux bois…)


L’imagination est au pouvoir pour ces exercices qui devront déboucher sur une expression écrite et orale abondante. Le but final étant de faire discerner par les élèves par quels organes nous appréhendons le monde qui nous entoure en montrant que nos sensations sont souvent liées entre elles et qu’en partie, elles font appel à nos souvenirs.


 


 


 DECOUVRIR LE MONDE : LES CINQ SENS

Classe de Moyens/Grands Ecole Monet maternelle CANTELEU,
Mme Roselyne CORBLIN, Christophe Lenouvel

Ce document retrace une expérience d’éducation sensorielle à l’école maternelle.


1. Le goût (2 séances)
2. Le toucher
3. L’odorat
4. La vue
5. L’ouïe

REMARQUES GENERALES :
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une éducation sensorielle globale. Les enfants étaient répartis en petits groupes de 4 à 6 et participaient à 2 à 3 ateliers par séance. Chaque atelier était géré par un adulte (Enseignant, maman, aide-éducatrice et ATSEM). Le relevé des conceptions et représentations initiales n’a pu être effectué sur tous les ateliers car il aurait fallu doubler les intervenants.

LE GOUT :
Objectif général : Décrire, comparer, analyser des perceptions gustatives

Description des 5 ateliers


Atelier 1
Les produits « purs » : reconnaître, par le goût, des aliments.
Matériel : aliments, masques, gobelets et cuillères en plastique, aluminium, photos.
Aliments présentés : beurre, carottes crues, pâtes cuites, surimi, pomme, confiture.
Consigne : En aveugle, associer la photo du produit au produit goûté.
Les mélanges : repérer les ingrédients entrant dans la composition ou la fabrication d’un aliment


Atelier 2
Matériel : aliments, gobelets et cuillères en plastique, tableau à double entrée, photos des ingrédients et du produit.
Aliments présentés : vinaigrette, mayonnaise, sirop à l’eau, pain, blancs en neige, caramel.
Consigne : En goûtant et en voyant le produit, associer ingrédients et produit fini (tableau à double entrée).

 


Atelier 3
Les formes et les textures : complémentarité des sens : perceptions tactiles, visuelles et gustatives
Matériel : aliments, sacs opaques, masques.
Aliments présentés : salade, sucre en morceaux, chocolat en morceaux, tranches de kiwi, quartiers de clémentines ou d’oranges.
Consigne : Des aliments sont placés dans des sacs opaques. On touche, on essaie de trouver le nom de l’aliment par le toucher et on valide sa réponse en goûtant à l’aveugle.

 


Atelier 4
Les poudres : reconnaître des saveurs sans l’aide de la consistance
Matériel : masques, aliments, gobelets, aluminium, petites cuillères.
Aliments présentés : sucre, sel, farine, sucre glace, café soluble, chocolat en poudre, cumin ou paprika (doux).
Consigne : On goûte la poudre à l’aveugle, puis on essaie de retrouver le produit goûté.

 


Atelier 5
Les 4 saveurs : reconnaître et déterminer les caractéristiques des 4 saveurs
Matériel : gobelets recouverts d’aluminium, aliments, seringues opaques.
Aliments présentés : sirop de sucre de canne, nuoc mam, extrait de café ou cacao amer dilué, jus de citron.
Consigne : Goûter les aliments à l’aveugle. Essayer de décrire les 4 saveurs (sucré, salé, amer et acide) et éventuellement la zone buccale de perception.
 
Remarques diverses :
Réponses obtenues pour l’atelier 4 :
Tri selon le degré de satisfaction :
« Bon » = acide, sucré « pas bon » = amer, salé
Caractéristiques des saveurs : Le sucré, c’est bon et c’est doux. Le salé, c’est pas bon. L’acide, ça pique. L’amer, c’est le dernier.
Perception des zones gustatives : trop difficile.
 
LE TOUCHER :
Objectif général :
Décrire, comparer, analyser des perceptions tactiles
Exploration tactile des formes et des surfaces

Description des 5 ateliers


Atelier 1
Les qualités tactiles : Distinguer 4 qualités (le lisse, le doux, le rugueux, le piquant.
Matériel : sacs opaques
Objets présentés :
rugueux : papier de verre, écorce de pin, ficelle de chanvre, litchi, velcro…
lisses : papier, carton, plastique, aluminium…
piquants : peau d’ananas, bogue de châtaigne, cure-dents, brosse en nylon, pomme de pin…
doux : fourrure, soie, satin, coton, mohair, craie, serviette éponge, farine…
Consigne :
- Toucher les 4 objets témoins. « Analyser » les caractéristiques tactiles.
- Classer ces objets en 4 familles : les « rugueux » (= ceux qui grattent), les « piquants », les « lisses » et les « doux ».
 


Atelier 2
Matière et chaleur : Repérer les échanges thermiques selon la matière.
Matériel : cylindres de matières différentes (aluminium, acier, laiton, bois, PVC), 4 sacs opaques.
Consigne : A l’aveugle, dans un sac, classer en 2 groupes : les « chauds » et les « froids ».

Atelier 3
Le toucher et la peau : Repérer le rôle de l’épiderme dans le toucher, percevoir la sensibilité épidermique et ses variations selon les zones.
Matériel : fourrure, papier de verre, peau d’ananas, plastique souple, chanvre, litchis…
Consigne :
1. Tester les objets avec la vue et le toucher et repérer leurs qualités (lisse, rugueux, doux, piquant.
2. En aveugle, présenter les objets et essayer de le reconnaître sur différentes parties du corps : doigts, paume, dos de la main, partie interne et externe de l’avant-bras…

Atelier 4
Formes et surfaces : Associer perception tactile et forme spatiale
Matériel : Blocs logiques, volumes divers
Consigne :
Toutes les formes sont dans un sac, sortir la même forme que le modèle montré. (Tenir compte de l’épaisseur de certaines figures)

Atelier 5
Les liquides : Analyse tactile d’un état inhabituel
Matériel : Liquide vaisselle, huile, eau, sirop pur, colle transparente, essuie-tout, boîtes pellicules
Consigne : Associer le liquide contenu dans la boîte à son conditionnement habituel.
Remarques diverses :
L’atelier 2 est basé sur la notion de conductibilité thermique. La plupart des métaux sont perçus comme « froids » au toucher. Cette perception thermique est utile : perception de la chaleur avant une brûlure par exemple.
L’atelier 3 met l’accent sur la sensibilité de la peau : la relation entre sensibilité tactile et épaisseur de la peau est mise en évidence. Le toucher, c’est aussi la peau. Le talon est la partie la moins sensible du corps car l’épaisseur de l’épiderme et du derme y est très importante.
L’atelier 4 a pour but de mettre en relation différents sens : la perception tactile de l’objet permet une projection visuelle.
Les liquides sont difficiles à analyser, seule la consistance est perceptible : ça colle, c’est gras…
 
L’ODORAT :
Objectif général : Décrire, comparer, analyser des perceptions olfactives

Description des 4 ateliers
Atelier 1
Kim d’odeur : Associer les odeurs deux par deux.
Matériel : café moulu, feuilles de menthe, thym, vinaigre, dissolvant, savon, 12 boîtes à pellicules trouées et repérées par paires, coton.
Consigne : Chaque enfant choisit une boîte et doit retrouver celle qui a la même odeur.

Atelier 2
Les fruits : Associer un fruit à son odeur.
Matériel : Les 6 fruits témoins (banane, pamplemousse, noix, citron vert, orange, poire), 6 boîtes à pellicule trouées contenant des morceaux de fruits écrasés.
Consigne :
a) Chaque enfant choisit une boîte et l’associe au fruit.
b) Chaque enfant choisit un fruit et cherche son parfum.

Atelier 3
Bonnes ou mauvaises odeurs ? : Classer des odeurs selon une échelle de satisfaction olfactive.
Matériel : coton, 10 boîtes à pellicules contenant : eau de Javel, eau, vinaigre, parfum, chocolat, cubes allume-feu, drawing-gum, pot pourri, billes, terre mouillée.
Consigne : Classer les boîtes en trois catégories :
a) Ca sent bon.
b) Ca ne sent rien.
c) Ca ne sent pas bon.

Atelier 4
Mémoire olfactive : Analyser une odeur, la retrouver parmi d’autres.
Matériel : shampoing, herbe mouillée, saucisson, caoutchouc, cacahuètes, tilleul, 12 boîtes à pellicules photo repérées par paires.
Consigne : Sentir un produit, essayer de le nommer et retrouver son homologue.

Remarques diverses :
La mémoire olfactive est réelle. L’eau de Javel (diluée évidemment), « ça sent la piscine ». Certaines odeurs sont très caractéristiques : la cacahuète a été repérée en premier. Pour les autres, la stratégie est diverse : analogies (le saucisson, ça sent la viande) ou déductions.

LA VUE :
Objectif général : Décrire, comparer, analyser des perceptions visuelles

Description des 4 ateliers
Atelier 1
Intensité des couleurs : Repérer des nuances
Matériel : 4 jeux de 6 petits cartons plastifiés d’intensité différente par couleur : bleu, rouge, jaune, blanc/noir.
Consigne : Classer chaque série du plus foncé au plus clair.
Activité de régulation : Mise en évidence de la persistance des images rétiniennes (utilisation de thaumatropes).

Atelier 2
Les mélanges de couleurs : Repérer le rôle des primaires et des valeurs
Matériel : Pots avec de la gouache, les 3 couleurs primaires, les 2 valeurs (blanc, noir), des petits pots vides, des seringues, cartons représentant les différentes couleurs et tableau à double entrée.
Consigne : À l’aide des couleurs primaires, en mélangeant les peintures, obtenir toutes les autres couleurs. Noter le résultat dans un tableau à double entrée. (Les seringues servent à évaluer la quantité de chaque teinte dans les mélanges).

Atelier 3
Des outils pour voir : Déformer, améliorer la vision.
Matériel : Loupes, jumelles, loupe binoculaire, lampe de poche, filtres de couleurs, lunettes et images en relief, longue vue, laser, boîtes loupe, prismes optiques, miroirs, sable, fruits, gros sel, branche de sapin…
Consigne : Utiliser les instruments et essayer d’expliquer leur(s) fonction(s).
Variante : Trier les objets en 2 groupes : ceux qui modifient la vision, ceux qui améliorent la vision.

Atelier 4
Ombres et lumières : Mettre en évidence la relation entre lumière, ombre et image projetée
Matériel : Support à diapositives, papier rhodoïd, feutres permanents.
Consigne : Réaliser des diapositives et les projeter sur écran.

Remarques diverses :
Ce thème est trop vaste pour être traité en une seule séance. Les contenus des ateliers proposés avaient pour but de sensibiliser les enfants à des perceptions inhabituelles.

L’OUÏE :
Objectif général :
Décrire, comparer, analyser et reproduire des perceptions élémentaires auditives
Description des 4 ateliers

Atelier 1
Jeu de Mémory sonore : Associer par paire les cubes produisant les mêmes sons (L’intérieur de ces cubes contient des éléments sonores différenciables).
Matériel : Jeu du commerce.
Consigne : Regrouper les cubes produisant les mêmes sons.
N.B. : Ce jeu peut être réalisé avec des boîtes pellicules contenant des graines, des billes...

Atelier 2
Jeu de Mémory instrumental : Reconnaître l’instrument utilisé
Matériel : Nombreux instruments de musique en double exemplaire (claves, triangles, sifflet, tambourin, grelots, xylophone…), paravent.
Consigne : On écoute tous les instruments, on désigne l’instrument qu’utilise l’adulte caché derrière le paravent.

Atelier 3
Les intervalles : Comparer 2 fréquences (plus grave, plus aigu)
Matériel : Métallophones en blocs séparables.
Consigne : Je vais jouer 2 notes, préciser si la mélodie « monte » ou « descend ».
N.B. : Si le taux de réussite est satisfaisant, resserrer les intervalles.

Atelier 4
La famille des flûtes : Approche de la notion de tessiture, mémoire auditive.
Matériel : 3 flûtes à bec : alto (le papa), soprano (la maman) et sopranino (le bébé), un paravent.
Consigne : Vous avez entendu jouer la famille des flûtes, retrouvez qui joue.
Complément : Jouer un air connu et demander aux enfants le nom de cette mélodie.

Remarques diverses :
Le travail sur le son est basé sur plusieurs variables : Intensité (le volume), Fréquence (la hauteur), Timbre (la « couleur » d’un instrument).
Un intervalle détermine la hauteur entre 2 notes, la perception ne semble efficace qu’à partir de la tierce. La tessiture représente l’étendue du registre d’un instrument (de la note la plus grave à la plus aiguë). Il peut être utile de noter le rapport entre taille (des flûtes, des blocs…) et fréquence.
Cette séquence avait pour but de sensibiliser les enfants à des activités auditives inhabituelles. On peut compléter ce type de séquence par des ateliers complémentaires : intensité, reconnaître une voix, travailler sur les bruitages…
 
Christophe LENOUVEL (christophe.lenouvel@ac-rouen.fr) Maître Ressources en Sciences Ecole Maupassant 76380CANTELEU